Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis | Toutes nos marques

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

Acheter un drone peu sensible au vent

Quand l’on désire acheter un drone, on a toujours une idée en tête en ce qui concerne ce que l’on va en faire. Cette activité, qui peut tout simplement être de s’essayer à piloter un drone pas cher par sa radiocommande, va nous fixer quelques critères pour choisir son drone.

Le décollage d’un drone volant est toujours facile, en palier il est aisément pilotable, la difficulté principale du premier vol reste l’atterrissage. Dès que l’on pense caméra embarquée, on va penser à la stabilisation pour pouvoir filmer.

Le vent est l’ennemi numéro 1 de la stabilité en vol du drone radiocommandé, on va donc rechercher le meilleur drone dans ce domaine. Les fabricants, que ce soit Parrot, DJI, Yuneec, PNJ, Hubsan ou les autres, font leur maximum pour que leurs aéronefs supportent au mieux les à-coups du vent.

Acheter un drone peu sensible au vent

Un drone est toujours sensible au vent

Comme tout engin d’aéromodélisme, le drone tient en l’air et se dirige par son action sur la masse d’air qui l’entoure. Malheureusement, le vent fait varier cet air de façon irrégulière et imprévisible. Avec un accéléromètre et un gyroscope embarqués, un drone stabilisé peut réagir seul à ces événements. Mais dans tous les cas, il ne s’agit que d’une réaction, plus ou moins rapide, à la perturbation. Un bon pilote de drone appréciera donc d’être aidé par la centrale gyroscopique, surtout au bout d’un certain temps de vol.

La qualité de l’équipement électronique destiné à stabiliser notre nouveau drone, ainsi que la puissance des moteurs, influe beaucoup sur le résultat ressenti. Pour la prise de vue aérienne, la qualité du stabilisateur sera plus cruciale pour un vidéaste que pour un photographe. Il en est de même pour le vol en immersion. Le rendu par la réalité virtuelle est toujours en retard par rapport au vent lui-même.

Un drone en vol stationnaire sera toujours plus perturbé qu’en train d’avancer

Lancé à pleine vitesse, un drone dispose d’une énergie cinétique importante. C’est d’ailleurs celle-ci qui le rend dangereux s’il vient à heurter un obstacle ou une personne. La même rafale sera moins perturbatrice pour sa trajectoire que dans le cas d’un drone en stationnaire. Cette énergie cinétique est proportionnelle à la masse du drone. En déplacement du moins, et à envergure comparable, plus le drone est lourd, moins il sera naturellement sensible au vent. Un gros drone professionnel avec sa caméra HD 1080p pour la prise de vues aériennes et son imposant train d’atterrissage se trouve pas conséquent avantagé.

Il n’existe malheureusement pas de réelle échelle de mesure fiable concernant la sensibilité au vent des drones civils. Des tests de maniabilité dans de mauvaises conditions météorologiques permettent de chercher le meilleur rapport qualité-prix en fonction de son budget.

Pour approfondir le sujet :