Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis | Toutes nos marques

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

Comment piloter un drone avec son téléphone

À l’origine, comme pour tous les objets radiocommandés, le pilotage d’un drone se faisait à l’aide d’un émetteur de type aéromodélisme sur la bande des 2,4 GHz. C’est toujours souvent le cas et pas seulement pour apprendre à utiliser son drone. La généralisation du Wifi ainsi que les progrès incessants des Smartphones permettent désormais de les utiliser pour contrôler certains modèles. Il est parfois possible de recevoir en temps réel les images de la mini caméra embarquée et d’effectuer le pilotage en mode de réalité augmentée. Il est même possible avec certains matériels d’effectuer des missions de vol totalement automatiquement ou presque.

Comment piloter un drone avec son téléphone

Les modes de commande habituellement disponibles

Sur certaines applications, on va retrouver la configuration habituelle des deux mini manches d’une radiocommande traditionnelle. Ce mode d’utilisation se rapproche donc fortement du pilotage classique. Le téléphone ou la tablette est tenu à deux mains, un doigt de chaque sur une des zones de commande. Des menus facilement accessibles permettent d’activer certaines fonctions automatisées. On peut citer comme exemples emblématiques le retour automatique vers le point de décollage ou bien l’atterrissage automatique et immédiat en cas d’urgence.

D’autres variantes sont adaptées au retour de la vidéo en direct. Les capteurs d’inclinaison du téléphone vont alors permettre de définir sa trajectoire un peu comme si le téléphone lui-même était un manche à balai. En mode FPV, le pilote de drone la gérera comme s’il était à bord de l’engin volant. Il verra en effet sur l’écran de son Smartphone l’image renvoyée en temps réel par la caméra embarquée du drone. Certaines applications permettent de plus, si le téléphone est assez puissant, de publier en direct la vidéo sur les réseaux sociaux.

Le vol programmé sur le téléphone

Certains drones équipés de GPS peuvent voir leur itinéraire de vol programmé sur le terminal Android ou iOS. Le téléphone est lui-même repéré sur une carte par son GPS intégré. On définit ensuite des points de passage, avec une altitude relative à celle du décollage, ainsi qu’une vitesse approximative de croisière. Une fois le décollage effectué, notre drone radiocommandé va suivre ce parcours automatiquement.

Le pilote de drone peut se concentrer sur sa prise de vues aériennes. Il doit simplement rester attentif au cheminement de son appareil, prêt à reprendre le pilotage en manuel. N’oublions pas que, surtout pendant une phase de vol automatique, le pilote reste seul responsable de l’évolution de son engin radiocommandé. Il doit rester disponible pour des manœuvres d’évitement. Classiquement, il reprendra la main également pour la phase d’atterrissage final. Un atterrissage automatique avec un matériel embarqué de grande valeur est toujours beaucoup plus risqué que la même manœuvre effectuée à vue.

Le pilotage virtuel et la réalité augmentée

Utiliser une appli qui gère le retour de la caméra vidéo haute résolution pour piloter son drone permet des choses intéressantes dans le domaine de la prise de vue. Sans se déconcentrer, le pilote du drone radiocommandé peut stabiliser son drone et déclencher le cliché quand le cadrage est parfait.

La liaison Wifi et ses limites

Pour permettre la commande via le Wifi, notre drone va se comporter comme une borne d’accès. Le téléphone va donc se connecter au réseau du drone plutôt qu’au réseau habituel de votre domicile. Opérant sur batteries, le drone ne pourra pas fournir un signal aussi fort que votre box habituelle. De toute façon, à son niveau, il se doit de privilégier sa capacité pour augmenter la durée du vol. Le Smartphone rencontre des problèmes énergétiques similaires puisqu’il est conçu pour se relier à des bornes fixes, donc puissantes. La portée obtenue de façon fiable par cette liaison directe est donc souvent largement inférieure à ce que l’on désire pour piloter son drone, même à vue.

Ces problèmes de puissance peuvent être contournés à l’aide d’une radiocommande jouant le rôle de station d’accueil pour le téléphone. De plus, en cas de problème avec le téléphone, elle permettra le pilotage classique pour le retour du drone à son point de départ.

Cela ne remplace pas le pilotage traditionnel

Comme toute aide intelligente au pilotage, les applications Android ou iOS destinées à votre Smartphone ou à votre tablette sont susceptibles de rencontrer un problème. Les algorithmes mis en œuvre pour vous procurer des sensations différentes sont complexes et doivent s’exécuter en temps réel. Il ne faut pas oublier l’un des commandements de base du droniste : être capable de ramener son aéronef jusqu’à son point de départ, ou tout du moins de le poser en sécurité à un endroit repéré.

Il ne faut pas se reposer sur l’option « retour au point de départ » aveuglément quand l’engin annonce qu’il va tomber en panne de courant. L’application du téléphone peut avoir un bug, mais fonctionner correctement dans son mode le plus simple. Tout bon pilote de drone civil se doit donc d’être capable de piloter son engin sans ces aides. Et pour les drones dits lourds, de plus de 800 grammes, la réglementation évolue d’ailleurs en 2018 avec l’obligation pour le pilote de justifier d’une formation minimale.

Pour approfondir le sujet :