Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis | Toutes nos marques

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

Notre dossier complet autour des drones volants : les connaître, les choisir, les utiliser

Le monde des drones est un univers jeune, fascinant et vaste. Il mêle beaucoup de technologies innovantes afin de permettre une expérience nouvelle. L’appréhender la première fois ressemble trop souvent à chercher sa route à tâtons dans le brouillard. Beaucoup de termes utilisés dans ce domaine semblent difficiles à retenir. C’est pourquoi nous vous proposons ce dossier, aussi simple d’accès que possible. Nous ne nous concentrons pas sur les drones militaires ou bien sur l’aile volante, mais bien sur ceux que nous rencontrons le plus : les modèles réduits mulitirotors à décollage et atterrissage verticaux.

En essayant d’utiliser des termes simples, nous allons aborder les différents points à regarder afin de nous familiariser avec ces aéronefs sans pilote à bord. Désormais accessibles à tout et chacun en tant que loisir, ils permettent également l’émergence de nouveaux métiers. Nous allons donc progressivement apprendre à les connaître, puis à choisir celui qui peut correspondre à notre désir d’expérience. Nous nous sentirons alors éventuellement prêts à acheter un drone. Enfin nous verrons quelles sont les bonnes démarches permettant de se former à leur pilotage. Nous nous sentirons alors peut-être à l’aise pour ne pas en rester à un micro drone. Nous désirerons éventuellement aussi tester le vol en immersion.

Drones - notre dossier sur les drones

Qu’est-ce que « les drones »

La notion de drone civil est très récente, et on a l’impression d’en entendre parler déjà partout ou presque. Qu’il s’agisse de cinéma ou de faits-divers, ils sont régulièrement évoqués pour leurs capacités étonnantes dans le domaine de la prise de vue aérienne. Professionnellement, on voit leur utilisation se développer dans des domaines aussi divers que l’agriculture, les économies d’énergie à l’aide de la thermographie, la surveillance aérienne des voies ferrées ou l’inspection à basse altitude des pylônes de lignes à haute tension.

Même sans envisager dans un futur proche d’en acquérir un, pour son plaisir ou bien pour en faire son métier, il est utile de fixer les idées concernant :

Une section de notre dossier fait un tour d’horizon de ces notions, utiles même pour quiconque ne désire pas se lancer dans l’acquisition immédiate d’un quadricoptère : tout savoir sur les drones.

Comment fonctionne un drone

Un drone radiocommandé n’est pas un objet simple. On parle souvent d’un système puisque pour ne serait-ce que procéder à son décollage plusieurs éléments distincts sont mis en jeu :

Indépendamment des limites posées par la réglementation, les drones eux-mêmes sont capables de certaines choses de par leur conception. Nous évoquons la technique sous-jacente ainsi que les possibilités d’utilisation dans notre section : les caractéristiques et les fonctions des drones.

Choisir son drone en fonction de son utilisation

Piloter un drone est un plaisir en soi. Exercice de précision et de concentration, il se double la plupart du temps d’un domaine d’application. Le même matériel ne peut pas être parfaitement adapté à la fois à la course d’obstacles et à la prise de vues en très haute définition de façon totalement stabilisée. Un drone donné sera plus ou moins capable de vous suivre dans votre escapade en VTT sur des chemins escarpés tout en vous filmant.

Les mini drones d’entrée de gamme sont plus principalement destinés à un premier apprentissage, en intérieur et éventuellement à l’extérieur. Dans la gamme moyenne, on va trouver des matériels très divers et capables de combler la plupart des amateurs exigeants. La spécialisation va déjà fortement se faire sentir à ce niveau.

Les matériels professionnels sont également pilotables par le pilote amateur. C’est seulement les conditions dans lesquelles le vol est autorisé par la réglementation qui vont l’empêcher d’en utiliser tout le potentiel.

Aussi, mis à part les problèmes inévitables de budget, il est important de bien cerner les priorités afin de pouvoir calmement sélectionner le matériel qui va correspondre à votre attente. Nous passons ces différents aspects en revue dans notre section : choisir son drone.

Un tour d’horizon du marché des drones

Jeune encore, le secteur des drones de loisirs n’en est néanmoins pas d’un dynamisme certain. Très vite, des poids lourds ont fait leur apparition, souvent grâce à une innovation remarquée. Il en découle quelques noms qui sont des références, comme le chinois DJI dans le domaine des drones destinés à la prise de photos aériennes, même professionnelles. Cocorico, un français, Parrot, est depuis longtemps présent dans le peloton de tête des grandes marques. Le made in France, synonyme de qualité de conception et de fabrication mondialement reconnue, se double sur notre marché un petit peu de patriotisme économique.

On peut également citer en première intention un autre chinois qui propose une gamme généralement très appréciée des débutants et des adeptes de la course : Hubsan. Avoir en tête les noms des principales références reconnues sur le marché est utile pour décrypter les nombreux comparatifs disponibles. À cet effet, nous vous proposons de voir plus avant notre rubrique spécialisée : les principales marques de drones.

Du prêt à voler au très personnalisé avec le Do It Yourself

Les fabricants proposent des choix très larges de drones prêts à voler. Mais quand on monte en gamme, on se met souvent à associer certains éléments interchangeables suivant ses désirs. La radiocommande n’est souvent pas associée spécifiquement à un drone donné, de même la caméra embarquée peut varier. Comme c’était très classiquement le cas dans l’aéromodélisme classique, les passionnés ont régulièrement le désir d’assembler eux-mêmes les éléments qui vont constituer leur drone bien à eux. Avec un petit peu d’habileté manuelle, quelques notions de logiciel embarqué et une maîtrise de base du fer à souder, il est possible de se lancer sans risque. La personnalisation sera alors maximale, du choix du gyro, du GPS intégré, à la détermination du champ de vision de la caméra vidéo et de la solidité du train d’atterrissage de votre drone.

C’est pourquoi nous développons les notions à appréhender dans notre section spécifique : drone DYI — faire son drone soi-même.

Un apprentissage en douceur

Une fois notre premier drone acheté, il faut se préparer à le piloter. Utiliser quelque temps une application de simulation peut être une étape, mais cela ne remplacera pas la pratique. Même s’il est possible de se lancer avec les modèles les moins lourds sans aucune formation, autant savoir à quoi s’attendre quand le virus de la passion aura vraiment commencé à faire son effet. Quelles sont les meilleures façons pour progresser, en autonomie ou bien avec un enseignement réel ? Quelles sont les obligations légales pour piloter tel type de drone en France ?

Entre le pilotage dans son salon et la formation complète, théorique et pratique, d’un pilote de drone professionnel, il y a tout un éventail de possibilités pour se former. Du plus simple au plus compliqué, du plus laxiste au plus contraignant, nous passons en revue les différentes méthodes adaptées à chaque profil d’utilisation dans notre série : apprendre à utiliser son drone.

La prise de vues aérienne, une activité de prédilection pour un drone

Avant l’apparition des drones que nous connaissons désormais, procéder à des prises de vues aériennes nécessitait de mobiliser des moyens lourds et coûteux. Il fallait soit un avion, soit un hélicoptère avec son équipage. En plus du coût de l’aéronef et du carburant, il fallait disposer d’un pilote avec son brevet de commandant de bord. L’aéromodélisme classique avec une propulsion thermique le permettait aussi, mais les moyens de transmission n’étaient pas assez performants pour une utilisation à large échelle. 

En permettant d’embarquer, dès certains modèles de mini drones, une caméra HD 720p, le drone a fait exploser la quantité d’images enregistrées et souvent exploitées par les professionnels. Le pilote est ici également cadreur. Avec un gyroscope miniaturisé, notre drone DJI nous permet un survol parfaitement stabilisé et la capture d’images animées en HD 1080p ou en UHD 4k. Certains métiers ont vu arriver ces techniques nouvelles avec un très fort intérêt. Sans penser seulement à la belle image pure, la cartographie, la surveillance industrielle, l’agriculture ont vu le potentiel de cet œil d’altitude et presque autonome. Une fédération professionnelle a d’ailleurs vu le jour, qui représente les pilotes auprès de l’Aviation Civile.

Nous vous proposons de faire un tour d’horizon du mariage de l’image et de l’aéronef sans pilote dans notre section : la photo et la vidéo avec votre drone.

Un autre point de vue sur le monde avec un drone FPV

Essayer de pousser encore plus loin le réalisme en ce qui concerne la sensation du pilotage. Réussir à nous croire quasiment à bord de notre drone lors de la prise de vue que nous réalisons. C’est un rêve que nous ne pouvons accomplir dans un avion classique, faute de brevet de pilote et souvent de moyens financiers. Voir réellement arriver les obstacles que nous devons éviter pendant notre course de vitesse est une expérience bien plus forte que la participation à un jeu vidéo. Pour résumer, un des aboutissements de l’expérience de l’aéromodélisme est d’être d’une façon plus réaliste que jamais invités dans le cockpit de notre aéronef. Le terme de FPV correspond au fait d’obtenir la vue qu’aurait un pilote réellement situé aux commandes à l’intérieur du cockpit. 

Les techniques existent désormais grâce aux progrès de la communication à haut débit et aux performances de certaines tablettes. La réalité virtuelle s’est invitée dans nos Smartphones grâce à des lunettes spéciales. Il suffit de marier les deux et on obtient cette gamme inédite de sensations que nous vous décrivons plus avant dans notre rubrique drones : le First Person View et la Réalité Virtuelle. Bienvenue dans le monde du vol en immersion.

La réglementation applicable en 2018 aux drones

2018 est une année charnière dans le domaine du drone volant en France. En effet, la réglementation change fortement et entre en application. Que ce soit pour une utilisation de loisir pur, ou bien pour un pilote de drone professionnel, la donne change. Les drones permettant à un pilote professionnel de filmer doivent par exemple être agréés par la DGAC en fonction du scénario du vol. 

En fonction du drone envisagé et de notre statut, nous pouvons ou non l’utiliser dans telles ou telles conditions. Même sans aucune formation au pilotage, nous pouvons nous initier au vol stationnaire en extérieur avec un mini drone, ou un drone Parrot Bebop. Il est néanmoins nécessaire de connaître certains points concernant la réglementation de l’espace aérien en France. Ils sont la plupart du temps munis d’une caméra embarquée. Qu’en est-il des images que nous avons ou non le droit de capturer ? Dans quelles conditions sommes-nous autorisés à les diffuser ? De même, des questions reviennent régulièrement dès lors qu’il est question d’emporter son drone en voyage.

Ces différents points, nous les abordons dans une partie spécifique de notre dossier : la réglementation relative aux drones.