Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis | Toutes nos marques

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

Tour d’horizon des variétés de drones de loisir et professionnels

D'après une étude Xerfi France, les ventes de drones civils ont quadruplé depuis 2014 pour atteindre 416 000 unités en 2016. Mais même si le marché français des drones de loisir tend aujourd’hui, toujours d’après Xerfi, à se stabiliser, l'engouement des Français pour ces engins volants pilotés à distance demeure bien au rendez-vous.

Parallèlement, le segment des drones professionnels tire son épingle du jeu. Les applications s’y multiplient, et les solutions proposées gagnent en maturité.

Ailes volantes ou multicoptères, drones aériens ou sous-marins... Voyons quels sont les différents types de drones de loisir et de drones professionnels proposés sur le marché français.

Si vous souhaitez aller plus loin à propos des caractéristiques et fonctions des drones, cliquez ici.

Quels sont les differents types de drones ?

Aéromodélisme : les aéronefs non habités de catégorie A et B

Les aéronefs non habités, incluant les drones, utilisés dans le cadre du loisir et de la compétition (aéromodélisme) sont classés en deux catégories (A et B). Aussi appelés « aéromodèles », ces engins volants se distinguent notamment par leur masse maximale au décollage :

Si les aéromodèles de catégorie A peuvent être utilisés sans autorisation préalable, il n’en va pas de même pour ceux de catégorie B.

Les aéronefs de loisir de catégorie B sont en effet soumis à autorisation de vol délivrée par la DGAC, attestant des capacités de l’aéromodèle et de son télépilote.

Le Guide « Aéromodélisme : modèles réduits et drones de loisir » détaille les conditions d'obtention de cette autorisation.

Les familles de drones par système de voilure

Leur système de voilure permet également le classement des drones par famille. On distingue par ce moyen 2 familles de drones :

Notons que la marque française Parrot a aussi sorti un aéronef hybride, moitié multirotor, moitié avion : le « Parrot Swing ». Il s’agit d’un quadricoptère qui, comme tout drone, décolle et atterrit à la verticale, mais qui passe en mode avion une fois dans les airs, lorsqu’il se déplace. Son aspect futuriste rappelle les X-Wing du film Star War.

Les différentes gammes de drones de loisir

On peut distinguer plusieurs gammes de drones de loisir. Elles mettent en avant des fonctionnalités et caractéristiques répondant à certains besoins spécifiques des utilisateurs, et s’adaptant à leur niveau de compétence en matière de télépilotage de drone.

Les drones pour débutants

Les drones pour débutants sont généralement de petite taille et prennent la forme de mini-drones, mais également de micro et nano-drones.

Destinés à la découverte du pilotage de drone, ils se veulent très faciles à manœuvrer et surtout très robustes. Les risques de crashs étant en effet accrus chez les télépilotes en herbe.

Vous pouvez vous en procurer un pour moins de 25 euros, à l’instar du Cheerson CX-STARS, un mini drone ultra léger et compact taillé pour des vols en intérieur.

Les drones caméras

Permettant des prises de vues époustouflantes depuis le ciel, les drones caméras se divisent en 2 catégories :

Doté d’un capteur Full HD, le Parrot Bebop 2 figure parmi les meilleurs drones caméras du marché.

Notons que, outre de donner de belles images stables et parfaitement fluides, certains drones caméras offrent également d’autres options très intéressantes :

La plupart des drones haut de gamme comme les Phantom de la marque DJI ou bien le Solo de la marque américaine 3D Robotics proposent ces deux options. Ces deux modèles de quadricoptères figurant d’ailleurs parmi les plus performants de leur genre.

Le racing et le FPV racing

Les amateurs de vitesse trouveront leur bonheur du côté des drones dédiés à la course (racing en anglais). Ces types de drones, aussi appelés racers, peuvent se piloter de 3 manières :

Parmi les drones dédiés aux débutants en FPV racing figure le Parrot Mambo FPV, équipé d’une caméra FPV intégrée et livré avec un masque FPV.

Les télépilotes aguerris, quant à eux, peuvent libérer leur fougue aux commandes, par exemple, d’un Vortex 250 Pro ARF de la marque ImmersionRC.

Bon à savoir : Le terme anglais racing veut dire « course ». Et FPV (First Person View ou « Vue à la première personne ») signifie vol en immersion. Le FPV racing consiste donc tout simplement en une course de drone en immersion.

Les divers types de drones professionnels

Environ 5000 opérateurs de drones professionnels, toutes applications confondues, sont recensés en France. Ces engins remplissent toutes sortes de missions dans de nombreux secteurs tels que l’audiovisuel et le cinéma, l’agriculture, la sécurité et la surveillance, l’inspection de bâtiments, l’architecture, etc.

Conçus pour répondre aux demandes d’entreprises particulièrement exigeantes, les drones professionnels s’adaptent à tous les milieux : aériens, terrestres, aquatiques ou sous-marins.

À noter d’ailleurs qu’en français, le terme « drone » ne se limite pas uniquement aux appareils volants sans personne à bord  !

Les drones aériens

Les drones aériens utilisés dans un cadre professionnel ou industriel sont soit des ailes volantes, soit des multicoptères.

Les ailes volantes (ex : le LA500 Lehmann Aviation, l’UAV Mapper TuffWing, le Disco-Pro AG Parrot, etc.), qui peuvent parcourir de longues distances, sont notamment utilisés en photogrammétrie aérienne ou pour des missions d’inspection sur de grandes distances (pipeline, etc.).

Du côté des multicoptères, les hexacoptères et les octocoptères, tels que le DJI S900 et le Abot TC1, sont particulièrement prisés en raison de leur grande capacité d’emport.

Les drones aériens les plus performants peuvent voler plus de 2 heures.

Bon à savoir : les engins volants non habités, dont la masse au décollage excède les 25 kg et qui sont destinés à la réalisation d’activités particulières, doivent faire l’objet d’une attestation de conception délivrée par la DSAC (Direction de la Sécurité de l’Aviation Civile). Leurs exploitants sont en outre tenus d’apposer sur ces aéronefs des marques d’identification à obtenir auprès de la DSAC.

Les drones marins de surface et sous-marins

Qu’ils se présentent sous forme de modèles portatifs ou de modèles de plus de 600 kg, ces drones servent à accomplir de multiples missions :

Quelques modèles de drones sous-marins : le PowerRay, le Gladius Pro, etc.

Drones terrestres

Les drones terrestres, aussi connus sous l’acronyme UGV (Unmanned Ground Vehicule), s’utilisent dans divers domaines, civils et militaires.

Ils servent, entre autres, pour le déminage, le transport d’équipement, la cartographie, l’assistance à l’agriculture, etc.

Notons que les drones terrestres trouvent également des applications dans le secteur spatial.

Pour approfondir le sujet :