Nous horaires et coordonnées | Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

Survol des drones : que dit la loi ?

L’un de vos voisins vient de s’offrir un drone et fait voler l’appareil au-dessus de votre propriété privée ? Tout en sachant qu’un drone peut être doté d’une caméra embarquée pour la prise de vue aérienne, qu’en est-il du respect de la loi relative au droit à l’image ? De plus, vous craignez qu’à cause d’une perte de contrôle, le drone de votre voisin vienne endommager vos biens. Mais alors que prévoit la loi face à cette situation ?

Les drones civils ou aéronefs radiocommandés séduisent de plus en plus d’apprentis pilotes, que ce soit pour réaliser de la photographie aérienne ou tout simplement pour la sensation immersive qu’ils peuvent procurer. Néanmoins, le vol en immersion doit être pratiqué en toute sécurité et dans le respect de la législation française.

Faisons le point ensemble sur la réglementation relative aux drones prévue sur le territoire français.

Un drone a-t-il le droit de survoler ma maison ?

Les règles à respecter concernant le vol en drone

Pas besoin d’autorisation, de déclaration d’activité ou de formation pilote pour utiliser un drone ? Oui, mais  ! Depuis le 1er juillet 2018, la nouvelle réglementation est devenue plus stricte et oblige tout détenteur d’un drone de plus de 800 grammes à immatriculer ce dernier au registre de la direction générale de l’aviation civile.

Même sans formation au pilotage, le pilote doit respecter la loi en vigueur qui stipule notamment que :

Ces restrictions peuvent être assouplies en toute légalité à condition d’effectuer une demande d’autorisation et de déclarer le drone comme un drone professionnel.

Quelles sanctions en cas de transgression ?

Pour tout signalement de transgression des règles précédemment citées, la gendarmerie peut intervenir et saisir le drone. Le pilote s’expose à une amende et pour les actes les plus graves à une peine d’emprisonnement.

En effet, pour atteinte à « la vie privée d’autrui », le pilote est passible de 45 000 € d’amende et un an d’emprisonnement. Concernant le survol de zones sensibles, la loi prévoit même une amende pouvant grimper jusqu’à 75 000 €. Dans les faits, les infractions sont plus mineures et les amendes s’élèvent généralement à quelques centaines d’euros.

Enfin, sachez que le pilote de drone est également responsable des dommages pouvant être causés par son appareil et c’est son assurance de responsabilité civile qui sera alors engagée.

Pour approfondir le sujet :