Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis | Toutes nos marques

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

Comment concevoir et fabriquer un drone de course FPV ?

Faire son drone soi-même est désormais plus que répandu dans les différentes communautés d'aéromodélisme de France et d'ailleurs. C'est même une démarche que les passionnés conseillent aux débutants. Comment mieux connaitre son drone qu'en le fabriquant soi-même ? Les courses de drones, si elles sont récentes, rencontrent un succès de plus en plus fort et les compétitions se multiplient un peu partout. 

Nous vous donnons ici un aperçu des démarches à entreprendre, du matériel indispensable à la réalisation de ce que les initiés appellent des "miniracers", "mutirotors" ou encore "quadcopters". Ces petits engins d'à peine 25 centimètres peuvent voler jusqu'à 120 km/h. Ces vols en immersion ont fait le bonheur de toute une génération fan de Star Wars, qui désormais peut s'amuser comme dans l'univers de Georges Lucas ! 

Fabriquer un drone de course FPV

Les drones FPV, présentation 

Le FPV pour First Person View est un anglicisme que l'on pourrait traduire de plusieurs façons : vue à la première personne, vol en immersion, etc. Cela consiste à vivre en temps réel le vol de son aéronef, à l'instar des jeux vidéos, mais pour de vrai. Par le truchement d'une caméra postée à l'avant de l'appareil, vous voyez en direct le "voyage" que propose la caméra. L'image est renvoyée sur un écran, des lunettes spéciales ou encore un Smartphone. Cela donne l'impression d'être à bord du drone, vous bénéficiez alors de vues aériennes imprenables, les sensations en plus. 

Pourquoi choisir le Do It Yourself ?

Très en vogue dans de multiples domaines, le DIY a aussi trouvé un écho dans l'aéromodélisme. Ce mouvement ou le citoyen refuse de n'être qu'un consommateur, ou le partage et la diffusion sont les piliers, s'adapte bien aux passionnés de drones en tout genre. Il existe plusieurs écoles en la matière. Certains considèrent que pour débuter il est préférable de se procurer un drone déjà prêt à l'emploi. Pour les autres, de plus en plus nombreux, il s'agit au contraire de se frotter le plus rapidement possible à la technique et à la minutie que ce hobby demande. Dans la catégorie des drones de course FPV, il est très fréquent qu'il y ait de la casse. De fait, le savoir-faire et une connaissance précise de votre aéronef vous permettront de répondre à moindres frais à ces incidents inévitables. 

Matériel et étapes de fabrication

Avoir une idée précise du type de drone que vous souhaitez créer est un aspect primordial dans cette démarche. C'est le projet que vous aurez élaboré en amont qui va déterminer les étapes de construction et surtout la nature des éléments à acheter. Il existe pléthore de sites Internet qui vous guideront dans la mise en œuvre. D'aucuns considèrent que le marché asiatique propose un choix et des prix plutôt avantageux. D'autres assurent qu'il est préférable d'investir plus d'argent d'emblée, afin de profiter d'un matériel fiable.

Bien entendu, il existe moult chemins pour parvenir à ses fins, chaque passionné n'ayant pas le même niveau de connaissance ou de technicité. Mais tout le monde peut y arriver moyennant une bonne dose de patience et de concentration. Pour se faire la main, il est grandement conseillé de démarrer avec un mini drone (Eachine QX65), cela permet de se familiariser avec les commandes et l'environnement à moindre cout. À l'instar de beaucoup de pratiques récentes, il existe une communauté forte dans le monde de l'aéromodélisme. Une communauté avide de partage, d'échanges et de transmission des savoirs. C'est donc vers elle que vous devez vous tourner dans un premier temps. 

Quel matériel ?

Pour la fabrication proprement dite, il vous faudra vous procurer le matériel indispensable pour envisager le premier vol. Voici une liste des pièces incontournables :

Cette liste dénombre les éléments dont vous ne pourrez pas vous passer pour effectuer un premier vol. On peut ajouter à cela bon nombre d'options afin d'entrer dans le monde du FPV. Au premier rang, on trouve bien entendu la caméra accompagnée d'un transmetteur et de lunettes FPV ou encore d'un écran. La caméra GoPro est souvent considérée comme trop lourde. Vous pouvez doter l'engin d'un GPS, d'un gyroscope, d'un sonar ou encore de l'option affichage sur l'écran (OSD). 

Quelques mots sur les FPV Racing

L'histoire dit que ce sont quelques joyeux lurons basés en Haute-Savoie qui sont à l'origine de cette discipline. Comme beaucoup de ces histoires, c'est un peu de hasard et beaucoup de passion qui ont permis cette aventure. Habitués à se défier dans les forêts et autres paysages, ils eurent la bonne idée de filmer leurs exploits et le mettre en ligne. Suivront des milliers de vues et les prémices d'une discipline. Si la vidéo en question semble anodine, elle compte plus de trois millions de vues à ce jour !

Pendant ces courses de drones, la caméra embarquée n'a pas vocation à diffuser des vues aériennes imprenables, mais plutôt de permettre au pilote d'optimiser sa vitesse et ses trajectoires. 

La loi et le FPV

Les courses FPV sont bien entendu légales, mais soumises à quelques points de règlements. Ceux-ci font plus appel au bon sens de chacun qu'à des lois gravées dans le marbre. Ainsi, il est prohibé de voler à proximité des personnes, des animaux, des bâtiments et de tout type de véhicules. Il est également interdit de voler à une altitude supérieure à 150 mètres, et de voler la nuit. Enfin, il est très important de préserver la vie privée de chacun. Les gens n'ont pas forcément envie d'apparaitre sur une vidéo sans avoir été prévenus. Mais bien souvent les courses ont lieu sur des terrains privés et sont très bien encadrées. 

Pour approfondir le sujet :