Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis | Toutes nos marques

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

Est-ce possible de piloter son drone au moment de la nuit ?

Le drone en France vol depuis plusieurs années, mais connait sans cesse de nouvelles règles. Et à juste titre  ! Quel que soit son usage, le drone volant peut être dangereux s’il n’est pas correctement piloté. C’est pour cela que la loi prévoit des règles strictes que chaque pilote de drone doit mettre en pratique. 

Et ce cadre réglementaire ne s’applique pas exclusivement aux particuliers. Bâtiment, armée française, surveillance de sites, agriculture de précision ou encore production audiovisuelle, tous les secteurs sont également concernés. Parmi ces règles appliquées, celle du vol de nuit fait partie des plus sévères. Nous allons ainsi vous expliquer comment piloter son drone en assurant la sécurité des personnes, mais aussi en vous évitant de lourdes sanctions pouvant aller jusqu’à une peine de prison. 

Le vol de nuit avec un drone

Vol de nuit : que dit la loi ?

C’est simple, piloter son drone la nuit est purement interdit. Cette zone interdite concerne autant le drone aéromodélisme, le loisir, que pour toute utilisation professionnelle. Cela pourrait effectivement nuire à l’intégrité physique d’autrui. Même si vous maîtrisez parfaitement votre petit avion télécommandé, certains éléments pourraient vous échapper. Le manque de visibilité peut risquer de perdre votre matériel dans le ciel ou de ne pas bien distinguer les formes

Deux exceptions sont toutefois attestées pour le vol de nuit :

Une réglementation drone FPV restrictive 

Outre le vol de nuit, le drone professionnel implique quelques règles supplémentaires qu’il est opportun d’intégrer. Il est formellement interdit de procéder à un vol en immersion en agglomération. Et cet espace public implique aussi les parcs, les plages, les rues ou les stades. De plus, un pilote de drone ne pourra pas faire évoluer son drone à plus de 150 mètres de hauteur. La basse altitude de cet espace aérien a pour but de minimiser les risques de perte de contrôle hors zone. Retenez également que vous êtes responsable de votre matériel, vous devez ainsi toujours l’avoir dans votre champ de vision.

Autre interdiction : le survol de personnes. Les zones d’aviation sont également à proscrire tant elles sont sujettes au risque. Et oui, si votre petit avion en rencontre un plus grand, les dommages pourraient être considérables. En plus de l’aérodrome, d’autres zones sensibles telles qu’une centrale nucléaire ou une base militaire. Outre la caractéristique volante du drone, c’est la prise de vues aériennes avec une caméra HD qui intéresse les passionnés. Il est ainsi obligatoire de respecter le droit à l’image de chacun avec votre caméra embarquée. Avant de débuter, renseignez-vous auprès de votre compagnie quelle assurance responsabilité civile souscrire.

Pour approfondir le sujet :