Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis | Toutes nos marques

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

Connaître les endroits en France où il est autorisé de faire voler un drone

Le pilotage d’un drone est une activité multiple dont les facettes sont prises en compte par la réglementation relative aux drones. On débute par un entraînement au vol stationnaire dans son salon avec un mini drone. On peut finir en pratiquant la thermographie infrarouge à l’aide d‘un drone professionnel. Cela se fait après un enseignement théorique et une formation pratique.

Que dit la réglementation relative à l’espace aérien en France en ce qui concerne les lieux dont le survol est autorisé ou pas ? D’aucuns répondront immédiatement « partout ou presque » en se basant sur la surface du territoire dont le survol est autorisé. D’autres compareront la liste des exclusions avec leurs centres d’intérêt et rétorqueront « quasiment nulle part ».

Ou peut-on faire voler un drone en France

Les principes généraux

On peut simplifier à l’extrême en disant que l’on peut survoler librement tout ce qui est situé hors des zones urbaines ou construites, à une altitude de 150 mètres au maximum. L’accord du propriétaire du terrain situé en dessous est néanmoins nécessaire. Le survol de personnes est interdit où qu’elles se trouvent. Cette notion d’accord du propriétaire interdit donc de fait le survol de sites sensibles : centrales nucléaires, sites industriels, terrains militaires. Les réserves naturelles sont également la plupart du temps interdites de survol afin de préserver la tranquillité des espèces qu’elles abritent.

De même, l’infrastructure routière, les ouvrages d’art, ainsi que leurs abords ne peuvent pas être survolés, votre aéronef pouvant distraire les conducteurs et donc créer un danger. Il en est de même des terrains d’aviation et des zones servant aux circuits de décollage et d’atterrissage en toute sécurité.

Nous ne parlons ici que du cadre réglementaire du vol lui-même. Avoir le droit de survoler un endroit n’implique pas le droit de filmer tout ce qui est à portée de la caméra embarquée de notre drone. Les règles concernant le droit à l’image et le respect de la vie privée s’ajoutent à cela.

Le site Internet de référence

Afin de simplifier la recherche d’informations fiables, le gouvernement a mis en place un site spécifique. Sur le site Internet géoportail, tapez simplement le lieu d’où vous désirez décoller. Une carte interactive vous montrera les zones interdites. Elle précise en même temps les endroits auxquels le survol se verra être limité en altitude maximale.

Des dérogations sont toujours possibles

Un pilote de drone professionnel peut solliciter une autorisation spécifique. Cela doit être dans le cadre d’une mission précise, avec un plan de vol donné. S’il possède bien la qualification permettant de la réaliser (scénarios S1, S2, S3 ou S4), une autorisation préfectorale peut lui ouvrir ponctuellement certaines possibilités. Cela se fera éventuellement avec l’accord et sous la surveillance de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) si l’occupation de l’espace aérien civil est concernée.

Une autre forme de dérogations existe, destinée aux pilotes de loisirs. Par exemple, dans le cadre d’un club dûment répertorié, il est possible d’évoluer avec des aéronefs radio commandés dans l’emprise d’un aérodrome. C’est un cas classique dans le monde de l’aéromodélisme.

Pour approfondir le sujet :