Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis | Toutes nos marques

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

Quelle formation faut-il suivre pour devenir pilote de drone ?

La réglementation concernant la possibilité de piloter un aéronef non habité (la définition officielle du drone volant) a été établie très rapidement en 2012, face à l’arrivée de ces nouveaux engins. Elle était basée principalement sur les règles applicables à la fois à l’aéromodélisme et à la pratique de l’ULM. La donne change radicalement en 2018 avec une nouvelle batterie de mesures qu’il faut connaître afin de bien apprendre à utiliser son drone. Les catégories sont clarifiées, et cela se passe sous l’autorité conjointe de la direction générale de l’aviation civile (DGAC) et du Ministère de la transition écologique et solidaire.

Nous allons passer en revue les différentes catégories de pilotes de drones civils. Rassurez-vous de suite, les exigences réglementaires en termes de formation avant votre premier décollage avec votre nouveau mini drone sont très réduites. Il n’est nul besoin de consulter le programme de formation de l’école de pilotage de drones la plus proche avant de pouvoir réaliser votre première prise de vue aérienne.

Quelle formation pour devenir pilote de drone ?

Pilote amateur ou bien pilote professionnel

La notion de pilote de drone rassemble en fait deux grandes catégories d’utilisation :

Comment devenir pilote de loisir

L’initiation au pilotage peut se faire en toute autonomie quand on se borne à vouloir réaliser des vols pour son seul plaisir, et avec des drones ne dépassant pas les 800 grammes au total. Au-dessus de cette masse, la réglementation est différente. La réglementation en France va donc vous demander de justifier que vous avez bien pris connaissance de certains éléments de base.

Dans notre cadre des loisirs, la démarche est entièrement gratuite. C’est une bonne raison pour obtenir l’attestation de formation même pour piloter votre mini drone de moins de 800 grammes en extérieur. Même si vous considérez avoir les règles bien en tête, ce sera une révision judicieuse, et permettrait éventuellement de justifier votre bonne foi en cas d’accident.

Piloter un mini drone de moins de 800 grammes

La législation ne fixe aucune obligation de formation du télépilote pour un drone de moins de 800 grammes. Chacun peut donc librement utiliser la radiocommande ou le smartphone de contrôle d’un tel aéronef. L’opérateur est néanmoins censé ne pas ignorer la loi, dont il se doit de respecter les règles de base :

Passer aux drones plus lourds

À partir de 800 grammes, prendre le contrôle d’un drone oblige à un minimum de formation au pilotage à compter de l’été 2018. Cette formation drone peut s’effectuer en ligne ou via une application, elle est gratuite. Pour piloter un tel drone radiocommandé, il faut avoir 14 ans révolus.

Un petit nombre de modules principaux composent cette formation :

La session est prévue pour une durée d’environ 30 minutes et validée par un questionnaire à choix multiples. La réussite à ce questionnaire, que l’on peut tenter autant de fois que l’on désire, permet d’obtenir l’attestation de formation théorique, valable 5 ans.

Des cas spécifiques sont prévus, ils concernent par exemple

Devenez pilote de drone professionnel

Un cursus de base

À compter de mi 2018, tout candidat à une fonction de pilote professionnel de drone doit être titulaire d’un certificat théorique de télépilote. Cet examen se passe physiquement dans un centre spécialisé. Les modalités en sont décrites précisément sur le site du gouvernement. On peut le comparer à l’examen de la partie théorique du permis de conduire (des véhicules terrestres à moteur, notre cher papier rose).

Certaines exceptions existent concernant notamment les télépilotes professionnels déjà en activité ou l’ayant été. S’ils disposent soit d’une autorisation spécifique de télépilote soit d’une licence de pilote privé ou d’un brevet de pilote militaire, ils peuvent demander une attestation spécifique.

Une certification selon 4 scénarii différents

En plus du certificat théorique, le candidat professionnel doit suivre une formation et un examen pratique correspondant à l’un des cas pour lesquels il va opérer :

Il est à noter que la formation pratique doit obligatoirement être dispensée par un tiers habilité à cela, l’autoformation pour devenir pilote de drone professionnel est donc impossible. Dans le cas de la pratique du vol en immersion, à l’aide d’un masque de réalité virtuelle par exemple, le vol à vue implique la présence d’un second opérateur. Cet autre pilote de drone est chargé de la sécurité du vol, soit en disposant d’un second émetteur permettant la double commande du drone volant, soit en pouvant accéder à tout moment au boitier principal de radio commande. Il doit également absolument disposer de la certification correspondant au scénario appliqué. C’est en effet lui qui est considéré comme responsable principal du vol et de sa sécurité.

Des spécialisations suivant les domaines d’application

Beaucoup d’organismes de formation ne se limitent pas à vous proposer des stages en vue de l’obtention du brevet de drone professionnel pour un ensemble donné de scénarii de vol. Les applications des drones radiocommandés ne se limitent pas, loin de là, à la photographie aérienne, ni à filmer.

Avec un drone en France on voit l’explosion de l’utilisation professionnelle des aéronefs télépilotés dans beaucoup de domaines qui n’exigent pas l’emport d’une charge utile importante. On suivra avec bénéfice une formation complète, éventuellement sur son compte personnel de formation, pour la thermographie par exemple. La photographie aérienne peut être un complément utile avec une bonne formation en topographie. Les services de secours ont de plus en plus recours à un drone en tant qu’aide au sauveteur. Ultra léger, il peut être mis en œuvre dans certaines situations en remplacement d’un hélicoptère habité nécessitant un équipage complet. La thermographie est une technique à part entière, différente de la prise de vue habituelle, très utilisée dans le diagnostic thermique. Même la surveillance des lignes électriques et des pylônes de support a l’utilité de la vue aérienne.

Pour approfondir le sujet :