Relais colis offert à partir de 79€ en France métropolitaine | Demandez un devis | Toutes nos marques

Logo studiosport
Contact email

02 35 00 30 00
DU LUN. AU VEN. DE 9H À 18H
logo mon panier

Mon Panier

À quelle hauteur un drone peut-il aller ?

S’agissant d’un loisir aérien, il est logique, quand on désire acheter un nouveau drone stabilisé, que parmi les caractéristiques et les fonctions des drones, on ait l’idée de comparer les hauteurs auxquelles tel ou tel mini drone peut voler pour filmer. Nous allons voir de façon aussi claire que possible qu’il s’agit en fait d’une fausse question pour choisir son drone volant avec radio commande. La réponse sera probablement : comme tous les autres drones civils, celui-ci peut aller bien assez haut pour votre prise de vue aérienne. En fouillant un peu la littérature, on trouve sans difficulté des aéronefs pour lesquels des altitudes de 4000 ou 5000 mètres ont été atteintes.

À quelle hauteur peut aller un drone ?

L'altitude techniquement atteignable

Le cas le plus représentatif pour juger de l’altitude de notre drone professionnel ou amateur est le vol stationnaire. Pour que notre modèle radiocommandé se maintienne à une hauteur donnée, il faut et il suffit que les hélices fournissent une portance égale au poids de la structure volante. Quand les rotors tournent plus lentement, celui-ci va descendre. S’ils tournent plus vite, il va monter. Il pourrait donc en théorie monter indéfiniment jusqu’à ce que la batterie soit vide, synonyme de la fin du temps de vol. Heureusement, la densité de l’air diminue très progressivement au fur et à mesure que l’altitude au-dessus du niveau de la mer augmente. Avec cette diminution, la portance à vitesse de rotation égale diminue également. Il arrive donc une altitude que notre drone ne peut dépasser, même avec les moteurs tournant à plein régime. Il est d’ailleurs devenu impossible à piloter.

Autre particularité de langage en aéromodélisme, on parle de hauteur par rapport au point de décollage. L’altitude maximale est bien considérée par rapport au niveau de la mer. Son maximum va également dépendre des conditions atmosphériques du jour, via la fameuse pression atmosphérique.

L'altitude réglementaire

On le voit facilement, par l'aérodynamique, les capacités de presque n’importe quel drone radiocommandé sont largement suffisantes dans le cadre d’un usage récréatif, voire en mode sport. Mais la réglementation concernant le drone en France impose une élévation maximale de 150 m par rapport au point de décollage. De plus, la sécurité aérienne interdit de survoler certaines zones, telles :

Le relief peut faire en sorte qu’avec un point de décollage élevé, la limite de 150 m ne soit pas suffisamment à basse altitude pour éviter d’interférer avec le trafic aérien par exemple.

Afin de simplifier l’accès à la législation française concernant le survol, l’état, via la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) a mis en place un outil interactif très clair : la carte officielle des zones avec restrictions. Elle couvre tout l’espace aérien et est à consulter avant de piloter un drone.

Pour approfondir le sujet :